«Schubert: Sonates pour piano D. 959 et 960», Dong Hyek Lim

Sa vie médiatique a commencé par un coup d’éclat. En 2003, il a posé par terre et récusé le 3e prix du Concours Reine-Élisabeth parce qu’il pensait mériter mieux. Depuis, il passe pour un prétentieux et un impulsif. Et si, 20 ans plus tard, on se demandait, pour une fois, s’il n’est pas tout simplement lucide et réfléchi. Dong Hyek Lim est un pianiste merveilleux qui devrait avoir une carrière plus éblouissante. Martha Argerich a bien raison de l’avoir parrainé tout au long de ces années et d’avoir enregistré avec lui de miraculeuses Danses symphoniques de Rachmaninov. Warner aussi a raison de continuer à l’enregistrer dans des œuvres phares (Variations Goldberg de Bach, Préludes de Chopin…). Il n’y a rien de fortuit ou de futile dans ce couplage idéal (79 minutes) : on entend la concentration déterminée d’un pianiste qui fait dans un « subtil essentiel ». Plus désespérée, Uchida susurre davantage, sur un piano au son moins ouvert. Le réglage très brillant des aigus est probablement l’énigme majeure de ce CD de haute tenue.

Cliquez ici pour découvrir un extrait.
 

Schubert

★★★★
​Classique

Sonates pour piano D. 959 et 960, Dong Hyek Lim (piano), Warner 0190296319464

À voir en vidéo