Un tandem à la tête de la salle Bourgie

Caroline Louis et Olivier Godin succèderont à Isolde Lagacé, prenant la charge respectivement de la direction générale et de la direction artistique.
Photo: Claudine Jacques Caroline Louis et Olivier Godin succèderont à Isolde Lagacé, prenant la charge respectivement de la direction générale et de la direction artistique.

La succession d’Isolde Lagacé à la tête de la salle Bourgie sera assurée par deux personnes : Caroline Louis à la direction générale et Olivier Godin à la direction artistique. Ces nominations ont été annoncées lundi par Pierre Bourgie, président des conseils d’administration d’Arte Musica et du musée des beaux-arts de Montréal.

C’est en avril qu’était attendue l’annonce du nom de la personne appelée à succéder à Isolde Lagacé, directrice générale et artistique de la salle Bourgie depuis son ouverture en 2011 et qui avait annoncé son départ à la retraite en janvier dernier. La directrice sortante, qui participait à la détermination de la suite des choses, n’excluait pas d’élargir le processus de sélection ni de prendre son temps si une solution ne s’imposait pas d’évidence. C’est exactement ce qui s’est passé, avec la difficulté de dénicher la perle rare possédant, en plus du profil artistique adéquat, le calibre de gestionnaire suffisant.

Une lumière inédite

Olivier Godin, prince des accompagnateurs, même si l’on dit aujourd’hui « pianistes collaborateurs », a été nommé professeur au Conservatoire de musique de Montréal à l’âge de 25 ans. Responsable de l’Atelier d’opéra de cette institution durant près de 15 ans, il y a enseigné pendant 20 ans. Olivier Godin est le pianiste des intégrales des mélodies de Poulenc et Fauré parues chez Atma et a enregistré l’intégrale des Mélodies de Massenet — il y en a plus de 300 — pendant la pandémie. Même si les pianistes et coachs vocaux sont des musiciens discrets, sa réputation dépasse largement les frontières et il a récemment accompagné Marie-Nicole Lemieux lors de récitals de mélodies en France. On peut espérer que, sous sa direction, la collaboration avec le Palazzetto Bru Zane, notamment, pourra être cultivée et développée.

Actrice dynamique de l’ombre, Caroline Louis a été un maillon important de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) en tant que directrice de son département Éducation. Elle est au sein de cette institution depuis 12 ans, y ayant fait ses premières armes au service marketing, avant de gérer les projets éducatifs sous la direction musicale de Kent Nagano, puis de Rafael Payare. Elle a travaillé, certes, au développement du jeune public, mais s’est aussi intéressée aux jeunes interprètes en dirigeant durant plusieurs années le Concours OSM. De Caroline Louis, qui terminera cet été une maîtrise en administration des affaires (MBA) à HEC Montréal, Isolde Lagacé dit qu’elle est une « gestionnaire hors pair et sensible ». Aussi bien Caroline Louis qu’Olivier Godin sont projetés désormais dans une lumière inédite.

Le but affiché de Pierre Bourgie et d’Isolde Lagacé était, comme la directrice sortante l’exprime, de « passer le flambeau à deux personnes qui […] sauront poursuivre la mission de la salle Bourgie dans un esprit de continuité ». Le défi lancé à Caroline Louis et Olivier Godin n’en est pas moins beaucoup plus grand. Le portrait que nous voyons actuellement dans les salles en matière de fréquentation reflète-t-il une défiance passagère ou une nouvelle normalité ? Une étude récente menée aux États-Unis, publiée le 10 mai par le cabinet IMPACTS Experience, montre une demande en berne d’au moins 20 % par rapport au niveau prépandémique à l’échelle du pays, une lecture quasiment optimiste par rapport aux observations.

Les deux nouveaux venus prendront leurs fonctions à la mi-juin et, afin d’assurer une transition harmonieuse, Isolde Lagacé demeurera en poste jusqu’au 15 novembre.



À voir en vidéo