Musiques émergentes - Les risques à prendre

Comme chaque fin d'année, on compile en passant d'un genre musical à l'autre. Il faut bien croire que les musiques émergentes ne se limitent guère à un seul créneau. Du maelström bruitiste de Wolf Eyes au folk païen de White Magic, 2004 se distingue sans doute par le biais de ces contrastes fulgurants. Au mépris de toute logique commerciale, pourquoi ne pas se perdre à travers ces dix albums qui résument plutôt bien l'état d'esprit des douze derniers mois?

1. The Arcade Fire — Funeral (Merge). Comme on le mentionnait au début de l'automne, cette jeune formation montréalaise ira très loin. Quelques mois plus tard, The Arcade Fire vient de signer sur le prestigieux label Rough Trade en Angleterre et ne cesse de remplir les salles en Amérique du Nord. Avec Funeral, on découvre une pop aussi vigoureuse que mélancolique. Qui dit mieux?

2. Madvillain — Madvillainy (Stones Throw). On reste toujours sceptique par rapport à certaines collaborations, mais MF Doom et Madlib comptent parmi les têtes chercheuses les plus inventives de la scène hip-hop indépendante américaine. Ensemble, ils offraient au printemps dernier une oeuvre audacieuse qui mêle humour et intelligence sans la moindre hésitation.

3. Comets on Fire — Blue Cathedral (Sub Pop). Comets on Fire ne se gêne pas trop pour injecter une bonne dose de psychédélisme dans un rock déjà furieux. Avec ses guitares menaçantes, ce groupe de San Francisco met bel et bien le feu aux poudres.

4. Le Fly Pan Am — N'écoutez pas (Constellation). Toujours aussi imprévisible, Le Fly Pan Am expérimente grâce à une musique pour le moins jubilatoire. Sur N'écoutez pas, ces Montréalais court-circuitent la no-wave, l'électronique et la pop dans un mélange qui a tout d'explosif.

5. TV On The Radio — Desperate Youth, Blood Thirsty Babes (Touch & Go). Avec ses harmonies vocales incomparables, TV On The Radio amène le rock dans un espace inédit où il cohabite avec le gospel, le funk, le jazz et des textures plutôt sombres. Voilà un groupe qui sait remplir ses promesses.

6. Gerry Lopez — Gerry Lopez (Indépendant). Derrière Gerry Lopez se cache Jacob Chelkowski, un jeune créateur musical hors normes qui devrait attirer bien des regards en 2005. Avec ses complices (de Léon Lo à Justin Evans) de Natacha's Recordings, il arrive à donner naissance à une musique électronique absolument enivrante. Un nom à retenir.

7. Wolf Eyes — Burned Mind (Sub Pop). Face à un regain d'intérêt et d'énergie pour la musique noise en 2004, les chefs de file se nomment Wolf Eyes. Un trio dévastateur du Michigan qui n'épargne rien ni personne sur Burned Mind.

8. White Magic — Through The Sun Door (Drag City). Un folk jouissif et mystérieux, en attendant le prochain album de Six Organs of Admittance sur Drag City (en janvier 2005).

9. Sunn O))) — White2 (Southern Lord). Stephen O'Malley et Greg Anderson repoussent de nouveau les limites du doom-métal le plus vertigineux.

10. Intercom — Intercom (Le Son 666). Grâce à la jeune étiquette montréalaise Le Son 666, on découvrait en fin d'année un lieu parallèle qui aura sans doute son mot à dire en 2005. Avec les initiatives créatrices d'Intercom et de Minibloc, la musique électronique bouillonne de nouveau dans la métropole.