«Baby, We’re Ascending», HAAi

La compositrice australienne Teneil Throssell nous avait emballés en 2020 avec son EP Put Your Head Above The Parakeets. La suite de sa jeune carrière ne déçoit pas : ce premier album sera notre bande-son de l’été. Sa lecture nouvelle des sons d’une époque qu’elle n’a pas vécue, celle du hardcore / jungle, de l’acid house et du vieux techno britanniques des années 1990, s’accorde à merveille avec ses harmonies séduisantes, ses éclairs pop (fameux refrains sur la chanson titre et sur Bodies of Water !) et son oreille, très contemporaine pour les textures sonores minutieuses. Ça pétille, ça crépite sous le tympan, alors que ses rythmiques soutenues nous attirent au creux de la nuit sur un plancher de danse — il y a, dans Pigeon Barron en début d’album, puis dans Human Sound (qui nous donne des flashs d’Underworld, sans la hargne), dans les contours jungle de FM et dans la chanson titre, des hymnes festifs et vivants. Baby, We’re Ascending est un album savoureux, euphorique et étourdissant comme une slush bue trop rapidement.

Cliquez ici pour découvrir un extrait.

   

Baby, We’re Ascending

★★★★
​Électronique

HAAi, Mute

À voir en vidéo