«Le temps que passe la tempête», Marie-Pierre Leduc

Enfin, voilà Marie-Pierre Leduc. Oserais-je dire. Ce que le premier album — Mon univers, paru en 2017 dans la foulée d’une participation à La Voix — voulait trop bien faire, le deuxième le fait : on a maintenant le bon portrait. Raffinement dans la forme, nuances dans l’interprétation : la scolarité terminée, le moment de se distinguer est enfin arrivé. Enfin, c’est le titre de la chanson qui ouvre l’album. Le mot donne le ton. Les guitares nimbées d’écho (par Jeff Smallwood, qui sait y faire), les chœurs qui s’insinuent partout, on est dans l’urgence et l’efficacité. Tout le disque avance ainsi à belle allure, porteur d’une pop vigoureuse et déterminée, où chaque titre ajoute à une juste revendication d’existence : Dis-le-moi, Je marcherai, Notre histoire, jalons d’un chemin enfin balisé. Il n’aura pas été facile, ni pour elle ni pour son compagnon Michel Roy (réalisateur, arrangeur), de sortir du circuit des bars rock de région (où elle excellait) : ça y est. Enfin, chanteuse affranchie.

 

Le temps que passe la tempête

★★★ 1/2
Chanson

Marie-Pierre Leduc, Disques Artic

À voir en vidéo