«Timbuktu», Oumou Sangaré

En entrevue au Journal Afrique (TV5) la semaine dernière, Oumou Sangaré parlait de son 9e album en carrière comme d’une « manière de partager la douleur des Tombouctiens », après tous les conflits armés qu’ils ont subis et qui persistent aujourd’hui. Ambassadrice de la culture musicale wassoulou depuis trois décennies, la Malienne Oumou Sangaré a écrit — avec l’aide de son vieux collaborateur et joueur de kamele n’goni Mamadou Sidibé — les chansons souvent douloureuses (poignante Demissimw) de cet album sur lequel sa voix forte se pose sur des orchestrations un brin pop-blues-rock, faisant de Timbuktu le plus facilement accessible de sa discographie. Blues d’esprit et de rythme, les complaintes de Sangaré tanguent entre la colère et la fête qui se pointe malgré tout dans les rythmes dansants de Wassulu Don et de Kêlê Magni. Guitariste et joueur de dobro, le Français Pascal Danaë, du trio blues créole Delgres, coréalise l’album, et lui donne un vernis pop-rock rappelant celui des succès d’Amadou et Mariam.

 

Timbuktu

★★★ 1/2
Blues

Oumou Sangaré, World Circuit

À voir en vidéo