«Anton Eberl. 3 Strings Quartets op. 13», Casal Quartett

Le nom d’Anton Eberl (1765-1807) est apparu pour la majorité des discophiles, comme celui de Joseph Martin Kraus, grâce à un disque du Concerto Köln, à travers trois symphonies enregistrées en 1999 qui révélaient un compositeur naviguant entre la fin du classicisme viennois et le bouillonnement beethovénien naissant. À Vienne, au début du XIXe siècle, l’art d’Eberl était d’ailleurs un refuge pour ceux qui trouvaient Beethoven trop audacieux (Symphonie héroïque), même si Eberl suivait les courants musicaux : des œuvres précoces ont été confondues avec celles de Mozart, ses créations médianes ont été parfois composées en hommage à Haydn et des partitions ultimes furent prises pour du Beethoven ! Ces quatuors enregistrés en première mondiale datent de 1801, soit l’époque de la 1re Symphonie de Beethoven, et sont caractéristiques de cette période de transition. On écoutera le scherzo (en lieu et place d’un menuet) du 1er Quatuor ou la tension du Quatuor en sol mineur (no 3) notamment dans le Finale. La découverte est passionnante. 

Anton Eberl

Classique

Quatuors opus 13 nos 1 à 3, Casal Quartett,

Solo Musica SM391

À voir en vidéo