«Nothing Goes to Waste», Coco Méliès

Constat de pandémie. Rien ne se perd. Tout aboutit quelque part, échoué au fond de soi, noyé dans le grand fatras du je-me-moi planétaire, jeté dans les tas d’immondices, et parfois ça devient des chansons qui composent un album. Les chansons, pour Francesca Como et David Méliès, servent de compost pour l’âme, grand sac recyclable de sentiments et de ressentiments. Engrais pour que ça pousse. Dans Take a Look at Us Now, ils contemplent la suite : « Finally, we see what it really means to be together alone. » Sensation d’étrangeté dans Oh so Quiet : « Man, this is not familiar anymore. » Une fois les Dear Eyes rouverts et le matin venu, ça ne s’arrange pas : « The coffee is not worth getting up this morning / The radio’s talking shit I can’t cope with. » Le retour à la réalité est plus que jamais un combat de tous les jours. Au moins, les voix en harmonie de Coco et Méliès fournissent l’énergie d’une Tiny Light. Lueur dans la noirceur. Tout n’est pas perdu si on peut encore chanter à deux. Allez, on continue.

Nothing Goes to Waste

★★★

Coco Méliès, Big in the Garden

À voir en vidéo