«Air», Sault

Encore un autre album de Sault que nous n’avions pas vu venir. Trois ans après la sortie du premier album du groupe (5), le mystère autour de l’identité des membres du collectif britannique s’est quelque peu dissipé, avec la célébration du travail de son compositeur et réalisateur, Inflo (Dean Josiah Cover). Mais l’élément de surprise entourant ses parutions demeure intact. Renforcé, même, avec la sortie d’Air, sur lequel le groupe tourne la page sur le soul/funk/rap/R&B militant des cinq précédents albums pour offrir un disque sans percussions et instrumental, hormis pour la foudroyante Time Is Precious. Un changement de cap audacieux et réussi, l’œuvre évoquant le courant post-minimaliste (splendide Solar !), la grande musique de film du siècle dernier (Morricone et Max Steiner nous venant en tête), le jazz spirituel des années 1960 et 1970 et le gospel. Animées par d’angéliques orchestrations de cordes et de chœur, les compositions d’Air sont porteuses d’espoir et de renouvellement, motivations plus que nécessaires en ces temps troubles. 

Air

★★★★
Contemporain

Sault, Forever Living Originals

À voir en vidéo