Fear of the Dawn, Jack White

Retour du riff qui fesse ? Machine Gun Kelly, Red Hot Chili Peppers, les gros canons tonnent dans les classements. Réaction à la guerre, comme au temps du Vietnam ? On le dirait. Chez nous, Gros Méné a pareillement fait irruption (éruption ?) dans nos vies. Oui, Jack White attaque massivement, et ce n’est pas un hasard si ce disque solo a autant de White Stripes dans les hachures au scalpel, les serpentins de basse et les vocalises en haut du registre. On a besoin de ces armes familières, faut croire : ça secoue salutairement les vilaines bêtes. Même quand le rap de Q-Tip s’en mêle (dans Hi-De-Ho, évocation de Cab Calloway, vaste culture !), on est résolument rock, franchement fils des Who et T. Rex (jouez aux références dans Eosophobia !). Morning, Noon and Night est funky rock à la Prince, Shedding My Velvet ranime le Led Zep en soi. Et ainsi de suite. L’heure du réveil a sonné. Un deuxième disque est attendu cette année. D’ici là, Jack White est à Laval samedi. Place Bell écrapoutie, on gage ?

 

Fear of the Dawn

★★★★ 1/2
Rock

Jack White, Third Man Records

À voir en vidéo