Poésinutiles Vol. 1, Edgar Bori

Le spectacle Garneau/Bori, expérience immersive et pourtant insubmersible de Bori dans l’œuvre de Michel Garneau, allait forcément laisser des traces. Déjà, un merveilleux docu de Jean-Pierre Gariépy a immortalisé l’affaire. Mais chez Bori même, les mots se sont mis à danser tout seuls, comme qui dirait mus par eux-mêmes, par leur Garneau interne. Un « petit cahier ligné » en a été animé, rempli à ras bords, débordant au point de vouloir vivre en chansons. Dont voici le premier de deux volumes, mine de rien. Au gré des amitiés, le grégaire Bori a rallié du beau monde dans l’opération transposition : notamment Tire le coyote et Shampouing pour Poésignorance, Yannick Rieu pour Poésirréelle… On aura compris que chaque poème dit ou chanté est né d’une décantation du mot « poésie ». Inspiration infinie. Soit on s’arrête sur Poésîle, planète « abusée sur les sentiers du drame », soit on se remet en marche avec Poésidéveil : « Un combat se dessine d’ampleur Poséidon ». Flot de mots, pour commencer.

   

Poésinutiles Vol. 1

★★★★
Chanson

Edgar Bori, Productions de l’onde

À voir en vidéo