Schumann: Novelleten & Gesänge der Frühe, Martin Helmchen

Autre grand CD de piano paru le 8 avril, ce Schumann de Martin Helmchen arrive fort à propos dans un contexte montréalais de sensibilisation aux instruments anciens, autour du nouveau pianoforte de la salle Bourgie. Helmchen a choisi un piano Bechstein de 1860 de la collection de Chris Maene très similaire à ce qu’on entend dans l’enregistrement d’András Schiff des Concertos pour piano de Brahms (ECM). La captation proche mais aérée de Sebastian Stein lui donne corps et aplomb, et la mécanique répond superbement aux exigences de la musique de Schumann (Novellette VI, très vite et avec beaucoup d’humour). Martin Helmchen intercale entre les œuvres de Robert trois soirées musicales de Clara. Comme le montre sa Toccatina, il ne sacrifie jamais l’élan à des contraintes instrumentales, alors même que les couleurs automnales du Bechtein donnent une patine admirable au propos musical. On en veut pour preuve le très touchant et tranquille cantabile du premier des cinq Chants de l’aube. Helmchen capte parfaitement la poétique schumannienne.

 

Schumann : Novelleten  & Gesänge der Frühe

★★★★ 1/2
Classique

Martin Helmchen, Alpha 857

À voir en vidéo