Compositeur et aventurier, François de Roubaix

Sur nos rives, derrière le Morricone vol. II, tel un radeau derrière un paquebot, un coffret arrive. Les musiques de François de Roubaix. Moins universellement célébré qu’un Delerue, un Francis Lai, voire un Michel Magne, ce prolifique fournisseur de bandes sonores occupe enfin sa digne place au panthéon d’Universal. Relatif oubli qui s’explique. Surdoué foisonnant, François de Roubaix a semblé composer en dilettante, entre ses expéditions d’insatiable aventurier — dont une plongée sous-marine fatale en 1975. Sa décennie d’enregistrements n’est pas moins fabuleusement riche. De trames cultes pour les copains Mocky, Boisset, Enrico et autres Melville jusqu’à ses génériques de télé en tous genres (Pépin la Bulle, Les chevaliers du ciel, notamment), il cumulait pour pouvoir partir, revenait pour se renflouer, repartait. C’était lui, plus que Funès, l’homme-orchestre du film de Korber (la pièce Les poupons, c’est de lui !). Un blond Viking génial et libre. À redécouvrir.

Compositeur et aventurier

★★★★ 1/2
​Bandes sonores​

François de Roubaix, Universal France (coffret de cinq disques)

À voir en vidéo