Gifted, Koffee

Deux ans après qu’elle fut devenue la première femme à remporter le Grammy du meilleur album reggae (pour un EP, Rapture), la jeune prodige Koffee offre un premier véritable album, bref mais savoureux. Le ton est donné dès x10 en ouverture, une chanson originale fredonnée alors qu’un refrain de Bob Marley joue discrètement derrière : ce Gifted rendra hommage aux racines au lieu de définir l’avenir du dancehall comme elle l’avait précédemment fait. Certes, l’album comprend ses récents hits aux productions bondissantes et modernes West Indies et la fameuse Lockdown, mais les inédites ramènent Koffee à ses précoces débuts, guitare acoustique sur les genoux. Le soul-reggae de Defend évoque Lauryn Hill, alors qu’un beat vaguement drill cadence ses accords plaqués sur Shine. Elle se fait un joli cadeau avec la ballade Lonely, l’orchestre complet derrière sa voix jouant une rythmique lover’s rock que n’aurait pas reniée feu Gregory Isaacs. Et toujours, cette voix ambrée et agile, cette plume étonnamment mûre qui fait d’elle l’une des plus excitantes exportations musicales de la Jamaïque.

Gifted

★★★ 1/2
Reggae

Koffee, Columbia

À voir en vidéo