100e anniversaire d’Yves Montand, Yves Montand

Encore un disque débarquant sur nos rives avec des mois de retard, comme si on l’eut déterré d’un tas de feuilles mortes trop vite ramassées. On a failli louper ce boîtier discret, avec photo de pochette au regard par en dessous façon Malcom McDowell dans Orange mécanique. Pas événementielle, faut croire, cette célébration en 12 disques du centenaire de la naissance d’Ivo Livi (le 13 octobre 1921). Un peu comme Bécaud, on a bien oublié le chanteur Yves Montand, un autre qu’il fallait voir sur scène. Mais si ses films, des Portes de la nuit à Z, ont la vie dure, l’occasion ici fournie de raviver les chansons doit être saisie : redécouvrons le premier obnubilé de l’Amérique de l’après-guerre, l’interprète des Lemarque, Prévert, Piaf-Monnot, Nougaro, Ferré, Barouh, tant d’autres. Certes, la manie de laisser la note tomber avec la rime devient irritante à la longue : Montand n’est pas moins le dernier diseur-danseur-fantaisiste d’une époque. Cela se commémore.

   

100e anniversaire d’Yves Montand

★★★★
Archives

Yves Montand, Panthéon/Mercury/Universal

À voir en vidéo