Covers, Cat Power

Ménage de pandémie ? Oui, ce troisième album de reprises par Charlyn Marie Marshall, « Chan » pour les intimes, « Cat Power » pour la planète musique, est un ramassis. Ces interprétations sont glanées partout, du Great American Songbook au répertoire d’un Nick Cave. Mais qui s’en plaindra ? On écoute ce mélange de relectures minimalistes — une guitare, un piano — en regardant dehors, en vivant l’hiver, seul avec l’artiste et ses morceaux choisis. Qu’elle embrasse l’hymne d’espoir des soldats I’ll Be Seeing You avec des accents de Billie Holiday, qu’elle ravive la révolte country féministe avec la lettre de Kitty Wells (It Wasn’t God Who Made Honky Tonk Angels), qu’elle se frotte à Lana Del Rey avec le même naturel qu’à Iggy Pop, on n’est jamais dépaysé.Le seul pays de Cat Power est sa manière de faire, brute et douce à la fois. On est tout autant chez elle que dans les albums de ses propres chansons. Elle en impose, mine de rien : on adopte sa lenteur, on épouse sa langueur, on s’abandonne. Et on sait pourquoi : elle fait du bien.

Covers

★★★★
​Reprises

Cat Power, Domino

À voir en vidéo