Brahms en webdiffusion, le baume au coeur

C’est mercredi que l’année musicale 2022 devait reprendre avec, à l’OSM, la «7e Symphonie» de Bruckner dirigée par Rafael Payare.
Photo: Antoine Saito C’est mercredi que l’année musicale 2022 devait reprendre avec, à l’OSM, la «7e Symphonie» de Bruckner dirigée par Rafael Payare.

C’est le mercredi 12 janvier que l’année musicale 2022 devait reprendre avec, à l’OSM, la 7e Symphonie de Bruckner dirigée par Rafael Payare. Parmi les éléments qui relient la vague actuelle et l’irruption de la COVID-19 dans nos vies, au printemps 2020, il y a la promptitude des ensembles symphoniques à offrir de la musique pour consoler les âmes. Brahms s’y taille la part du lion.

Les institutions musicales québécoises, qui ont travaillé contre vents et marées en 2021 pour imposer la webdiffusion payante comme complément à leur modèle d’affaires, pallient le manque de concerts en salle en retournant à la gratuité sur Internet.

Un an plus tard

C’est l’Orchestre symphonique de Montréal qui, le premier, a pris cette décision. Depuis le 6 janvier et jusqu’au 31 de ce mois, l’OSM rediffuse le tout premier concert enregistré par Rafael Payare après sa nomination, diffusé le 10 janvier 2021. « Le chef ne s’est aucunement laissé griser par l’exaltation du moment.

Si Rafael Payare risque de nous surprendre, c’est davantage par la tenue et la maturité de ses interprétations », écrivions-nous alors en commentant ce concert. À l’époque, il était possible de comparer l’interprétation de la 1re Symphonie de Brahms du chef vénézuélien avec celle de Kent Nagano, filmée en Suède. Ce n’est aujourd’hui plus le cas, la seconde vidéo ayant été retirée. Par contre, pour ceux que les comparaisons intéressent, l’ancien directeur musical de l’OSM est désormais présent sur YouTube avec une 3e Symphonie de Brahms jouée par son orchestre de Hambourg et filmée en mai 2021. L’interprétation suit une approche extrêmement particulière, dont nous vous laissons la surprise.

Si la 3e Symphonie de Brahms par Nagano est d’intérêt, c’est que cette œuvre est le plat de résistance du concert qui sera offert à partir du 14 janvier et jusqu’au 23 janvier au soir par l’Orchestre Métropolitain.

Il s’agit de l’un des volets de l’intégrale Brahms de Yannick Nézet-Séguin donnée en 2021.

Ce spectacle voyait en première partie les débuts du chef en pianiste concertiste dans le 12e Concerto pour piano de Mozart. En mettant à disposition son concert pour 10 jours, l’OM se prépare à varier davantage les propositions.

Puisque les webdiffusions nous ouvrent au monde, il nous faut signaler comme point de comparaison passionnant, pour la 3e Symphonie de Brahms, le concert donné par le vétéran nonagénaire Herbert Blomstedt, diffusé en mai 2020 et joué par l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam.

Dessine-moi Vivaldi

Cette semaine, Arion Orchestre baroque devait accueillir le violoniste et chef Boris Begelman. Le concert a dû être reconfiguré. Toujours consacré à Vivaldi, composé de plusieurs œuvres pour flûte à bec interprétées par Vincent Lauzer, il sera mené par Hank Knox et capté sans public le 15 janvier. L’originalité, ici, est un appel à tous à mettre en images les émotions suscitées par la musique de Vivaldi. Arion a créé une liste de lecture Spotify et invite le public à lui faire parvenir par courriel ou par la poste ses créations visuelles en indiquant l’œuvre sur laquelle le dessin a été fait. Les images seront intégrées au montage du film, qui fera l’objet d’une webdiffusion (payante) du 29 janvier au 12 février 2022.

Un point sur le grand retour des webdiffusions qui font chaud au cœur ne saurait être complet sans ce qui suit : cinq ans après leur inoubliable concert montréalais, Mika et Simon Leclerc étaient à nouveau réunis, le 23 octobre 2021 à la Philharmonie de Paris, cette fois avec l’Orchestre national d’Île-de-France. Le concert Mika symphonique est disponible gratuitement sur le site de la Philharmonie de Paris. Il rappellera de très grands souvenirs à de nombreux mélomanes montréalais.

À voir en vidéo