Jack Kerouac, 100 Years of Beatitude

Avoir moins couché dehors nu-tête, Jack Kerouac aurait peut-être célébré lui-même son centenaire dans l’anonymat le plus douillet. Tel ne fut pas son destin, et le grand Jack est pour l’éternité celui qui représente la génération « battue » de l’après-guerre. En mars prochain, donc, ce sera la déferlante anniversaire. Chez Bear Family, fortiche des archives, on propose déjà deux disques débordant de tout ce qui est beatnik, be-bop et poésie vociférée, y compris Kerouac lui-même en récitatif solo ou accompagné par l’animateur de télé Steve Allen. On ratisse ici plus que large : du pur et dur Charlie Parker Quartet (Cosmic Rays) au très ridicule Edd Byrnes (Kookie’s Mad Pad), de la féroce satire d’un Lenny Bruce (Psychopathia Sexualis) au coolissime thème du film Beat Girl par le John Barry Seven, c’est le portrait d’un phénomène culturel que l’on brosse. Un monde où cohabitent fomenteurs (dont Ginsberg, récitant America) et récupérateurs. Perry Como beatnik ? Eh oui. Crazy, man.

Jack Kerouac 100 Years of Beatitude

★★★★
Archives

Bear Family Records

À voir en vidéo