Initiales BO, Coffret de cinq disques, Serge Gainsbourg

On y gagne, on y perd. Si vous avez Le cinéma de Serge Gainsbourg, en coffret cinq CD qui rassasiait son bipède jusqu’aux oreilles de choux, il est difficile de vous dire : rançonnez vos proches, endettez-vous, commettez des bassesses, car il vous faut Initiales BO, coffret de cinq disques en vinyle épais comme ça. Il y a certes des ajouts, et pas des moindres, à commencer par l’intégrale de la b.o.f. de L’eau à la bouche (on passe de 3 titres à 12, c’est du lourd). Un morceau en sus pour Le pacha, deux en moins pour Ce sacré grand-père, trois de mieux pour Cannabis, deux retranchés pour Tenue de soirée. Plus grave, il manque assez cruellement tout le disque des suppléments, dont la version de Strip-Tease par Nico ! Cela étant, le format 33 tours, les pochettes, les photos inédites, on craque en même temps que nos alibis. Du Gainsbourg sur une platine, ça donne le tournis. On salive, c’est le Vésuve. Comme dit la chanson au motif emprunté à Bach : Jésus, que ma joie demeure.
 

Initiales BO

★★★★
Archives

Serge Gainsbourg, PanthéonDecca/Universal, coffret de cinq disques

À voir en vidéo