Les Nocturnes Frédéric Chopin, Stephen Hough

Cinquième intégrale des Nocturnes parue en 2021. Cette fois, c’est la bonne. L’idée d’Hyperion, dès mars 2020, de proposer à ses artistes de se concentrer sur un « projet pandémique » pendant que la vie s’arrêtait a porté ses fruits au violon (Paganini, Ibragimova) et au piano. Il y a dans ce périple des Nocturnes de Stephen Hough une voix si personnelle que l’on a du mal à décrire la liberté du propos, qui ne se compare à aucun autre. Écoutons l’Opus 55 no 2 : il est à la fois en apesanteur, méditatif, nostalgique, mais toujours en quête de lumière. Dans les prochaines années, quel sera notre rapport au disque, maintenant que nous avons entendu ces artistes se poser et s’exposer ainsi, intimement, devant nous ? La dernière fois que des Nocturnes de Chopin nous sont apparus ainsi comme la « bulle » privée d’un artiste, c’était avec Pascal Amoyel. Mais il y avait alors ce côté hivernal, « couvé ».Stephen Hough semble toujours vouloir prendre les ailes d’Icare, mais sans voler, en ne faisant que rêver du soleil. C’est bouleversant.

Les Nocturnes Frédéric Chopin

★★★★★
Classique

Stephen Hough (piano), Hyperion, 2 CD, CDA 68351/2

À voir en vidéo