La revanche de Marieme

Marieme, autrice, compositrice, chanteuse, rappeuse, productrice et animatrice télé
Renaud Philippe Le Devoir Marieme, autrice, compositrice, chanteuse, rappeuse, productrice et animatrice télé

Autrice, compositrice, chanteuse, rappeuse, productrice et animatrice télé depuis plus de deux décennies, Marieme a lancé vendredi dernier son troisième album, intitulé Mario. « Parce que c’est mon alter ego, mon surnom depuis que je suis toute petite », clarifie-t-elle au bout du cellulaire, entre Québec, où elle réside, et Ottawa, où elle se rend pour un tournage.

« Je faisais de l’impro plus jeune, on m’appelait Mario ; je jouais au basket avec les gars, sur le terrain on m’appelait Mario. Ce titre cadre bien avec l’esprit de l’album, comme pour demander que l’on m’appelle comme je le désire. »

« On dirait qu’on veut toujours me mettre dans une case », enchaîne Marieme Ndiaye, pleine d’énergie en ce petit lundi matin gris de novembre. « Genre : T’es pas la fille qui chante et qui fait de la télé ? Ou la fille de la télé qui chante ? « La Noire » ici au Québec, « la Blanche » là-bas au Sénégal… Toujours ces histoires d’étiquettes. Alors je me suis dit : Mario, c’est moi, depuis toujours. C’est ce que je réclame sur mon album. »

Mario, l’album qu’elle n’avait jamais pu faire, c’est-à-dire « assumé, sans complexes ni compromis. Mine de rien, je vieillis — paraît que j’ai encore l’air jeune, mais ça fait longtemps que je suis là ! —, donc j’assume. Il a une énergie hip-hop, même si c’est un album pop ; mon réalisateur appelle ça de la “street pop”, j’haïs pas ça du tout. Et je crois que le timing est bon pour le lancer, puisqu’on dirait qu’il y a plus d’oreilles pour ce son, et plus de rayonnement accordé à cette musique. »

Son troisième album solo en dix ans, précédé du succès, à tout le moins d’estime, du projet R&B/soul/pop CEA. La liste des collaborateurs invités sur Mario témoigne du respect que le milieu porte à l’animatrice et musicienne : Lost et White-B du collectif 5Sang14, Izzy-S, les vétérans Imposs, Sans Pression et Barnev, les consœurs Sarahmée et Shah Frank, son frère Webster et le vieux complice Souldia. « La musique n’est jamais très loin de moi, comme un désir latent, si je peux dire. »

Le retour

 

Mario marque son retour en musique, après qu’elle eut développé des projets avec la boîte St Laurent TV, qu’elle a cofondée. À l’écran, on l’a vue récemment sur la plateforme Web de Télé-Québec (La Fabrique culturelle) avec son concept Le cœur sur le flow, série d’entretiens avec des rappeurs et rappeuses d’ici (Sarahmée, Calamine, Rymz, Imposs, Dramatik, entre autres). Au moment de notre entretien, elle allait poursuivre à Ottawa le tournage des épisodes de la prochaine saison de Tournée générale avec ses coanimateurs Bryan Audet et Olivier Nadon, un regard sur les réalités des communautés francophones au Canada diffusé à TV5/UnisTV.

Marieme passera aussi une partie de l’été dans la capitale canadienne pour le magazine estival Tout inclus, diffusé sur tout le réseau. « Visiblement, Ottawa me veut ! » rigole-t-elle.

Il était grand temps. « J’ai toujours été un underdog, mais je crois que tranquillement, on commence à reconnaître ma valeur, si on peut dire. Parce que j’ai souvent eu l’impression d’être “la différence” parce que je ne représentais pas le Québec. J’en ai eu des déceptions, même en télévision, et pourtant, j’ai étudié là-dedans, j’ai travaillé là-dedans, si je me suis tournée vers la télé, c’est justement parce que je ne m’y reconnaissais pas. »

Un éveil collectif

 

Le vent tourne enfin, perçoit Marieme. « En tout cas, je pense qu’il y a une volonté pour que les choses évoluent. [À la suite de la mort de George Floyd et avec l’émergence du mouvement Black Lives Matter], on a assisté à un éveil collectif, à la conscientisation d’une réalité que je vis tous les jours depuis que je suis née. Ça fait des années que je me bats pour ça, un Québec qui nous ressemble aussi à la télé. Il faut mettre en valeur des artistes qui rejoignent tout le monde, dont les communautés culturelles, puisqu’ils méritent aussi une place. Je suis optimiste que ce soit en train de changer, mais on part de loin. »

Ces thèmes sont évidemment abordés dans la pop métissée de reggae, de rap et de R&B que nous propose la musicienne sur son nouvel album. « Je suis une femme noire qui évolue dans le milieu du hip-hop, et je suis fière de pouvoir dire qu’il y a des oreilles pour ça, aujourd’hui. » L’heure de la revanche pour Marieme ? « La revanche. J’aime ça, ce mot-là ! »

 

Mario

De Marieme, disponible sur étiquette Coyote Records

À voir en vidéo