Le beau retour des concerts de musique classique des Fêtes

Christophe Huss
Collaboration spéciale
Le conteur Fred Pellerin et le chef d’orchestre Kent Nagano seront de retour avec l’OSM du 15 au 18 décembre.
Photo: Antoine Saito Le conteur Fred Pellerin et le chef d’orchestre Kent Nagano seront de retour avec l’OSM du 15 au 18 décembre.

Ce texte fait partie du cahier spécial La culture en cadeau

Concerts des Fêtes, événements musicaux de l’année 2022 à anticiper, nouveautés discographiques thématiques de Noël, coffrets marquants de l’année : cette fin d’année 2021 est autrement plus engageante que celle de 2020.

Noël 2021 retrouve ses classiques. Oui, on peut chanter, on peut danser ! C’est ainsi que l’on pourra se précipiter dans des salles pour aller assister à un concert du Messie de Händel ou une représentation de Casse-Noisette des Grands Ballets. Qui plus est, le nouveau modus vivendi sur scène, autorisant aux orchestres et aux chœurs vaccinés d’observer un espacement d’un mètre, permettra de jouer ces œuvres dans des conditions musicalement parfaitement adéquates, sans compromis.

Le retour de Fred Pellerin

 

« Le » Messie à aller voir cette fin d’année est sans conteste celui des Violons du Roy, donné le 9 décembre au Palais Montcalm de Québec et le 10 décembre à la Maison symphonique de Montréal. Jonathan Cohen dirigera la Chapelle de Québec avec, en solistes, Joelle Harvey, Andrew Staples, Allyson McHardy et Neal Davies. Les habitants de l’Outaouais pourront l’entendre ensuite à la Chapelle de Québec à Ottawa avec l’Orchestre du CNA sous la direction de Bernard Labadie, les 15 et 16 décembre.

Boris Brott dirigera son Messie le 7 décembre à l’oratoire Saint-Joseph, à 19 h 30. Ce concert sera diffusé sur le Web en direct et jusqu’au 21 décembre. Les solistes sont Jacqueline Woodley, Marie-Andrée Mathieu, Antoine Bélanger et Neil Craighead, et le chœur est l’ensemble vocal Les Rugissants, dont le chef, Xavier Brossard-Ménard, dirigera une partie du concert. L’ensemble Caprice et Matthias Maute donneront un Messie réduit à une heure et demie le 12 décembre à la Maison symphonique avec Myriam Leblanc, Florence Bourget, Antonio Figueroa et Marc Boucher. Ces mêmes musiciens présenteront ce concert entre le 9 et le 19 décembre à Saint-Camille, Saint-Lambert, Saint-Constant, Québec, Cowansville et Boucherville.

Photo: Marco Borggreve Le directeur musical des Violons du Roy, Jonathan Cohen

L’autre événement est le retour du tandem Fred Pellerin et Kent Nagano. Le nouveau conte La poste du paradis sera présenté les mercredi 15, jeudi 16 et samedi 18 décembre. Une supplémentaire, samedi à 14 h 30, a déjà été ajoutée, ce qui en dit long sur l’engouement suscité par ce projet mis en scène par René Richard Cyr. Le 22 décembre, l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) présentera L’enfance du Christ de Berlioz sous la direction de l’inventif chef français Hervé Niquet. Là, pour le coup, une représentation, celle du 23 décembre, a été retranchée.

Un acte de Casse-Noisette

 

D’autres concerts du temps des Fêtes se dérouleront à la Place des Arts :Noël à l’opéra avec le groupe canadien Lyrico, composé de trois chanteurs accompagnés par un chœur et un orchestre, le 5 décembre et, évidemment, le fameux Casse-Noisette qui revient cette année. Le spectacle a été toutefois modifié et s’intitule Casse-Noisette, le voyage de Clara. En effet, la vaccination des 5-11 ans ne survenant que ces jours-ci, il a été impossible de faire participer les enfants de moins de 12 ans au spectacle. Seul le 2e acte du Casse-Noisette de Tchaïkovski dans la chorégraphie de Fernand Nault, « Le voyage de Clara »,sera donc présenté. Casse-Noisette s’y transforme en prince charmant et emmène Clara au Royaume des friandises, où la petite fille s’émerveille en compagnie du roi Bonbon. Cet acte, qui contient la « Valse des fleurs » et la « Danse des mirlitons », sera précédé par une création d’Ivan Cavallari : Cadeau enchanté, un conte féerique sur la musique d’Heitor Villa-Lobos. Casse-Noisette sera présenté du 9 au 28 décembre.

La Place des Arts fermera la série de ses spectacles des Fêtes avec le traditionnel concert du Nouvel An Hommage à Vienne, donné cette année le 3 janvier. Ce concert ne sera pas proposé à Québec cette année. À Québec, où le chœur Les Rhapsodes chantera le 18 décembre Noëls d’hier, noëls d’aujourd’hui au Palais Montcalm,il y aura bel et bien un Chemin de Noël de la Chapelle de Québec, même s’il n’est pas encore affiché. Le concert aura lieu le 23 décembre à 18 h, mais les laissez-passer ne seront accessibles qu’à compter du 18 décembre.

À Montréal, une destination de Noël bien connue est la salle Bourgie, avec son traditionnel Noël de Charlie Brown, donné les 15 et 16 décembre à 18 h. Trois autres programmes sont annoncés : le concert de famille Le loup de Noël le 5 décembre, le Joyeux Noël du Trio de guitares de Montréal le 10 et les Noëls anciens de la Nef le 14.

Anticiper une fête musicale

 

Les Fêtes sont l’occasion rêvée d’offrir des billets de spectacle. Idée originale : l’Orchestre Métropolitain attirera les familles le 26 février avec Le pelleteur de nuages, adaptation de l’album jeunesse de Simon Boulerice illustré par Josée Bisaillon. Il s’agira d’un conte symphonique, pour trois comédiens et grand orchestre. Le pelleteur de nuages (2018) aborde les thèmes de la différence, de la diversité, de la stigmatisation, de l’inclusion et de l’estime de soi à travers les aventures d’Elliot, petit garçon atteint de vitiligo. Les images de Josée Bisaillon seront projetées en salle et le spectacle mettra en scène Emad Zolfaghari et Heidi Robichaud, jeunes lauréats du Concours OMNI 2021.

Côté opéra, l’Opéra de Québec vient d’annoncer son spectacle du printemps : Don Giovanni, dirigé par Jean-Marie Zeitouni, avec Philippe Sly en Don Giovanni, c’est-à-dire un titulaire que l’on retrouve sur les plus grandes scènes européennes. Anaïs Constans, Julie Boulianne et Florie Valiquette seront Anna, Elvira et Zerlina. Cela se passera en mai, mais, si on est à Québec, on peut offrir cela dès maintenant, tout comme des billets pour le récital d’András Schiff le 29 mars au Club musical. Autres points forts : aux Violons du Roy, le retour d’Alexandre Tharaud en janvier, la Passion selon saint Jean en février et le Requiem de Mozart en avril ; à l’OSQ, le Requiem de Verdi le 14 avril et Une vie de héros le 25 mai.

À Montréal, l’intégrale Beethoven de Louis Lortie à la salle Bourgie, le retour de Zubin Mehta à l’OSM le 5 février, la série de concerts de Michael Tilson Thomas à l’OSM, la création de La beauté du monde de Michel Marc Bouchard sur la musique de Julien Bilodeau à l’Opéra, la venue de Pavel Kolesnikov (10 avril) au Ladies’ Morning, la fin du cycle Rachmaninov de Nicholas Angelich et Yannick Nézet-Séguin, la 9e Symphonie de Beethoven par Rafael Payare et le concert dirigé, à l’OM, par Nathalie Stutzmann, la nouvelle directrice musicale de l’Orchestre d’Atlanta, seront parmi les événements les plus notables.

Le coffret de l’année

En ce qui concerne les objets musicaux luxueux à offrir en cadeau, soit les fameux coffrets, les contraintes de fabrication et de distribution ont fait que leur publication s’est étalée tout au long de l’année plutôt que de se concentrer au dernier trimestre.

Le grand coffret de l’année 2021 est sans conteste l’énorme pavé Eugene Ormandy : The Philadelphia Orchestra : The Columbia Legacy, un coffret de 120 disques. Cette boîte inespérée s’adresse aux collectionneurs. On entend ici documenter, de 1944 à 1958, l’orchestre dirigé aujourd’hui par Yannick Nézet-Séguin et qu’Ormandy mena pendant 44 ans. 152 enregistrements ici inclus n’ont jamais été officiellement publiés en CD. Le travail de Sony, réalisé sous la direction de Robert Russ pendant la pandémie, est remarquable, notamment pour la qualité documentaire et iconographique (un livre de 200 pages). En matière de raretés, on ne peut mieux faire, et l’écoute du coffret change la perspective que nous avons de ce chef hongrois, plus ardent et éminent (ses enregistrements Brahms sont les meilleurs de l’Amérique du Nord à l’époque) que l’image qu’en donnent les enregistrements stéréos. Publié en avril, le coffret s’est retrouvé rapidement en rupture de stock et a été réimprimé en août.

Pour des mélomanes qui recherchent des enregistrements stéréophoniques, on rappellera deux grosses publications de Warner parues cet été : le coffret André Previn (1971-1987) et le coffret Riccardo Muti (1973-1993). Petite préférence pour le coffret Previn, mais les deux sont de très belles éditions.

Parmi les éditions plus récentes, Philips nous arrive avec une boîte Karl Böhm Complete Decca & Philips Recordings. Comme pour Ormandy, il s’agit de documents qui, à l’exception du fameux Ring de Bayreuth 1967 (ici également publié en un Blu-ray) et des 3e et 4e Symphonies de Bruckner à Vienne, datent plutôt des années 1950. Mozart et Richard Strauss sont les deux piliers de ce coffret, notamment Mozart, avec des versions de La flûte enchantée, des Noces de Figaro et de Cosi fan tutte qui précèdent les versions DG. Les seules relatives raretés sont des Symphonies nos 26, 32, 34, 36 et 38 à 41 de Mozart avec notamment le Philharmonique de Vienne et le Concertgebouw d’Amsterdam. Contrairement à ce qu’on peut imaginer, le Mozart de Böhm n’est pas lourd.

Solistes et compositeurs

 

Les amateurs de piano ne manqueront pas la réédition par Warner du coffret George Cziffra : The Complete Studio Recordings 1956-1986. Le coffret de 41 CD est le retour d’une boîte publiée en 2008 qui devint en quelque sorte mythique parce qu’elle fut l’une des premières intégrales d’artistes publiées en édition limitée, rapidement épuisée, et dont les prix sur le marché de l’occasion atteignirent des sommets étonnants. Cette somme qui regroupe le legs enregistré en studio par EMI et Philips est rééditée aujourd’hui pour le centenaire Cziffra. Ce phénoménal pianiste hongrois qui put fuir son pays en 1956 pour s’établir à Paris fut un spécialiste de Liszt. Héritier des sorciers romantiques du clavier, Cziffra est un pianiste à part (écoutez la transcription deTannhäuser) avec un côté démiurgique qui peut rappeler Horowitz ou Barrère. Mais on ne peut réduire Cziffra à cela. Son Chopin est certes moins poétique que chez d’autres, mais toujours intéressant. Cet art mérite d’être préservé et thésaurisé.

Photo: Brodsky Le pianiste hongrois George Cziffra, vers la fin des années 1950

Erato publie un joli coffret consacré aux premiers enregistrements de Stephen Hough (1987-1998), pianiste et penseur anglais devenu aujourd’hui une grosse vedette du circuit international. Parmi les 9 CD, deux « piano albums », les concertos de Brahms, un CD Schumann, deux Liszt, la musique de Britten et le tout premier enregistrement : deux concertos de Mozart.

Parmi ses coffrets consacrés à des compositeurs, Warner propose une boîte efficace consacrée à Manuel de Falla. Pourquoi efficace ? Parce qu’elle attire les discophiles comme les récents coffrets Bartók et Stravinski par deux disques d’enregistrements historiques, par exemple L’amour sorcierdirigé par Ernesto Halffter ainsi que Le rétable de maître Pierre et Le tricorne par Eduardo Toldrà. Les autres enregistrements sont les traditionnels du catalogue EMI : La vie brève, Le Tricorne, L’Atlantide de Frühbeck de Burgos, le Rétable de Dutoit, L’amour sorcier de Giulini, etc. C’est très solide.

Pour des amateurs d’interprétations rares, le Philharmonique de Berlin publie une intégrale Bruckner tirée de concerts. Les chefs sont Seiji Ozawa (no 1) , Paavo Järvi (no 2), Herbert Blomstedt (no 3), Bernard Haitink (nos 4 et 5), Mariss Jansons (no 6), Christian Thielemann (no 7), Zubin Mehta (no 8) et Simon Rattle (no 9). Contrairement à la majorité d’autres publications de cet orchestre, qui paraissent dans des livres aux formats biscornus, cette intégrale est dans un coffret « normal »et vendue à un prix abordable. Le choix est très majoritairement impeccable, rarement discutable (7e et 8e).

Dernier coffret : un gros pavé de 34 CD sans équivalent : Josquin et l’École franco-flamande. Personne n’aurait l’idée de se plonger dans 34 CD de Binchois, Dufay, Ockeghem, Josquin, Isaac, De la Rue, Lassus et Willaert. Mais pour le 500e anniversaire de la mort de Josquin, l’idée de Warner de mettre dans une boîte tout ce dont dispose Erato, Emi et Teldec est en soi formidable, puisqu’on peut se tourner vers elle comme référence encyclopédique et y picorer. C’est par ailleurs l’occasion de retrouver en CD le travail de pionniers comme Philippe Caillard et Stéphane Caillat en France (Erato années 1960) ou Konrad Rühland à Munich (EMi Reflexe années 1970). Dominique Vellard, David Munrow et The Hilliard Ensemble sont les piliers de cette édition.

Pour qui cherche un disque de Noël, l’incontournable de 2021 est tout trouvé. Il s’agit du Chemin de Noël de la Chapelle de Québec sous la direction de Bernard Labadie. Le produit édité par Atma est très soigné. Le livret comprend les textes de méditation qui existent en audio dans la version numérique. Marie-Nicole Lemieux est la soliste, parcimonieusement utilisée, de ce projet sobre et beau.

Pour finir en beauté, sur une touche éminemment poétique, impossible de faire l’impasse sur un cadeau d’initiation musicale destiné aux enfants : le projet Petites histoires de grands compositeurs de l’éditeur La montagne secrète. Dans des contes d’Ana Gerhard illustrés par Marie Lafrance et narrés par Benoît Brière, la sympathique souris aux grandes oreilles Minime, amatrice de fromage et de musique, côtoie des compositeurs. Le cadre musical des histoires est interprété par les musiciens d’I Musici. Six volumes sont parus jusqu’à présent. Les tomes initiaux consacrés à Mozart, à Tchaïkovski et à Vivaldi se sont vu adjoindre des histoires mettant en scène Haydn, Paganini et Schubert. Moi, j’ai un cœur d’artichaut, le volume sur Vivaldi, peut être une porte d’entrée avec une musique très abordable et un cadre géographique poétique, facile à embellir. Dommage que les fourreaux des CD soient trop serrés.

Pour les retrouver plus facilement chez le disquaire

Eugene Ormandy : The Philadelphia Orchestra : The Columbia Legacy. Sony, 120 CD, 19439757482.

 

André Previn : The Warner Edition : Complete HMV Teldec Recordings. Warner, 96 CD, 0190295065737. 

 

Riccardo Muti : The Complete Warner Symphonic Recordings. Warner, 91 CD, 0190295008345. 

 

Karl Böhm : Complete Decca Philips Recordings. Decca, 38 CD, 485 1588.

 

George Cziffra : The Complete Studio Recordings 1956-1976. Warner, 41 CD, 0190296729249. 

 

Stephen Hough : The Erato Years 1987-1998. Erato, 9 CD, 0190296729188 

 

Manuel de Falla : The Spanish Soul. Warner, 11 CD, 0190296537301. 

 

Bruckner : Symphonies nos 1 à 9. Orchestre philharmonique de Berlin. Berliner Philharmoniker, 9 CD, BPHR 190283.

 

Josquin et l’École franco-flamande. Erato, 34 CD, 0190296730849.

 

Le chemin de Noël. La Chapelle de Québec, Bernard Labadie. Atma, ACD2 2854.

 

Petites histoires de grands compositeurs. Vivaldi, Mozart, Tchaïkovski, Schubert, Haydn, Paganini. Six livres-disques, La montagne secrète.



À voir en vidéo