Frédéric Chopin, Les Nocturnes, Jan Lisiecki

Une chance que DG a mis près de trois mois à nous envoyer la nouveauté de son pianiste canadien Jan Lisiecki. La tenue, entretemps, du Concours Chopin permet de mettre des mots sur le malaise (mal de mer) distillé par ces Nocturnes. Après la victoire de Bruce Liu à Varsovie, une concertiste nous écrivait : « Il est si vrai, Liu, ce musicien sans chichis, dévoué à la musique. » Heureuse de sa victoire, cette pianiste d’expérience se disait « lassée de ces jeunes gens qui accouchent sur le clavier ». En termes d’accouchement musical, comme si l’interprétation était un processus douloureux, ces Nocturnes de Chopin sont une maternité à eux seuls ! Et que je te retarde telle phrase et te plombe tel tempo… On peut invoquer le rubato. On peut aussi invoquer le mauvais goût. Dans le récital à paraître le 19, Bruce Liu interprétera le Nocturne op. 27 no 1. La différence dira tout de deux musiciens également doués au plus jeune âge : le premier qui a cherché au plus vite les ors et projecteurs du star-système, le second qui a mûri pour grandir en musique.

Frédéric Chopin

★★
Classique

Les Nocturnes, Jan Lisiecki, DG 2 CD 486 0761

À voir en vidéo