Ta place dans ce monde (édition limitée), Gauvain Sers

La France médiatique n’aime pas les chanteurs gentils et bienveillants. Surtout quand ils cartonnent : à plus de 100 000 exemplaires l’album vendus, on est forcément un faux jeton. Imaginez quand on est parrainé par Renaud et qu’on a un peu le même genre de prosodie (en plus chanté) : allez, hop, au pilori chez Ruquier, jeté par Christine Angot. Comme Vianney ou Renan Luce avant lui, Gauvain a ce tort tordu de professer de bons sentiments : c’est bête comme chou, il touche. Juste. Sa façon d’aborder les « contrôles au faciès » sans perdre espoir en l’humain (Sentiment étrange), sa compassion pour ceux dont « les écrans perdent la face » dans La France des gens qui passent, ses descriptions des métiers de « première ligne », le livreur de sushis, l’aide-soignante, Sarah qui « scanne des codes-barres par milliers » ; tout en lui éclaire les « gens de l’ombre ». Oui, il a une chanson à propos des vieilles dames toutes seules dans leur banlieue (Cité Thimonnier). Ça émeut, et c’est tant mieux.

 

Ta place dans ce monde (édition limitée)

★★★★
Chanson

Gauvain Sers, Romance Musique/Universal

À voir en vidéo