Voice of Nature: The Anthropocene, Renée Fleming et Yannick Nézet-Séguin

La troisième parution de Yannick Nézet-Séguin en trois semaines est un programme de mélodies qu’il accompagne au piano. C’est sa seconde prestation du type après Winterreise avec Joyce DiDonato (Warner). On notera le soin apporté à sa prestation à l’extinction de la mélodie de Liszt, la subtilité de L’heure exquise de Hahn ou dans l’apaisement de En sourdine de Fauré. Le programme juxtapose des mélodies principalement en français avec une thématique supposément « nature » (d’où le titre alambiqué qui réfère à une époque géologique) et trois créations de Kevin Puts, Nico Muhly et Caroline Shaw, qui, notamment Muhly, font le prix et l’originalité du projet. Il y a de bonnes surprises : la voix en excellent état de la chanteuse de 62 ans, dont les aigus sont préservés et dont le vibrato, point trop large, reste très acceptable. Renée Fleming soigne sa prononciation française, ce qui est cependant très loin de signifier qu’elle a intégré le style du « dire chanter » de la mélodie française. Programme sincère et appliqué, de bonne compagnie.

Voice of Nature : The Anthropocene

★★★
Classique

Renée Fleming, Yannick Nézet-Séguin, Decca 485 2089

À voir en vidéo