Sometimes I Might Be Introvert, Little Simz

Après tout ce tapage entourant les parutions des albums de Kanye West et de Drake, il fait bon d’entendre quelqu’un prendre le rap au sérieux comme le fait la Britannique Simbi Abisola Abiola Ajikawo, alias Little Simz. Deux ans après l’épatant Grey Area, elle se surpasse à tous les niveaux avec ce quatrième album, qui étend son registre musical de façon remarquable, encore avec le savant coup de main de son compositeur et réalisateur Inflo (aussi membre du mystérieux collectif Sault). Little Simz aborde le féminisme, le racisme et l’importance de la famille à travers de riches et colorées ambiances musicales : orchestrations symphoniques à grand déploiement sur Introvert en ouverture, beats rap grapillant sur soul classique sur les puissantes Two Worlds Apart et Standing Ovation, grime teigneux sur Rollin Stone, jusqu’au clin d’œil à ses racines nigérianes sur le doublé afrobeat Point and Kill (avec le collègue chanteur et poète Obongjayar) et Fear No Man en fin d’album. Un modèle de pertinence et de substance qui devrait faire rougir de honte Ye et Drizzy…

Écoutez Point And Kill

Sometimes I Might Be Introvert

★★★★
​Hip-hop

Little Simz, Age 101

À voir en vidéo