La capitale nationale plongée dans l’expectative

Bramwell Tovey sera présent le 23 septembre pour diriger la «Symphonie fantastique».
Photo: bramwelltovey.com Bramwell Tovey sera présent le 23 septembre pour diriger la «Symphonie fantastique».

C’est le mot « attente » qui définit le mieux la scène musicale de la capitale nationale. Le Club musical avait prévu un grand coup avec un concert Bach de Leonidas Kavakos le 4 octobre. Seuls New York et Québec devaient entendre cela. Le projet est tombé à l’eau la semaine passée. En fait, le concert est reporté, mais, du coup, le Club ne reverra son public qu’en 2022. Quand et avec quel artiste ? Nul ne le sait.

Les Violons du Roy dévoileront leur programmation le 16 septembre. Seul est annoncé pour l’heure le retour de Jonathan Cohen le 22 septembre au Palais Montcalm avec la soprano Sandrine Piau dans un programme Mozart et Haydn. Les impatients auront des indices sur quelques-unes des affiches qui les attendent en consultant la programmation de la salle Bourgie de Montréal, mais découvriront, comme les Montréalais, les projets choraux avec La Chapelle de Québec dans la semaine à venir.

L’Opéra de Québec présentera du 23 au 30 octobre à quatre reprises, avec décors, costumes et l’OSQ en fosse, un opéra dévoilé le 15 septembre.

L’Orchestre symphonique de Québec est donc le seul à avoir quelque peu abattu ses cartes, avec une stratégie globale et ses programmes de l’automne. Ayant confié au chef Bramwell Tovey, 67 ans, le maintien du niveau de l’orchestre pour deux ans, la saison sera consacrée à tester de possibles futurs directeurs musicaux. Bramwell Tovey sera présent le 23 septembre pour diriger la Symphonie fantastique. Le grand carrousel des visites de chefs débutera avec l’Estonien Olari Elts le 16 septembre au Grand Théâtre dans les Danses symphoniques de Rachmaninov et le Concerto pour violon de Tchaïkovski avec Rachel Barton Pine.

 
Photo: Mat Hennek Le grand carrousel des visites de chefs à Québec débutera le 16 septembre. On entendra le Norvégien Eivind Gullberg Jensen dans la «Neuvième» de Beethoven, le 3 novembre.

Seront testés ensuite le directeur de la Canadian Opera Company, Johannes Debus, le 3 octobre, dans la 7e Symphonie de Beethoven, l’Italienne Valentina Peleggi, le 13 octobre, dans la Symphonie du Nouveau Monde de Dvořák, le Norvégien Eivind Gullberg Jensen dans la Neuvième de Beethoven (3 novembre) et le beau-frère de Rafael Payare, Joshua Weilerstein, dans la 2e Symphonie de Brahms (24 novembre). N’oublions pas que ces prospects seront mesurés aux chefs nord-américains discrètement testés en 2020 et 2021 pendant la pandémie.

Pour compléter l’offre à Québec, signalons que le jeune chef Francis Choinière y double ses concerts montréalais et présentera au Palais Montcalm le Gloria de Vivaldi le 24 octobre et les Quatre saisons le 14 novembre, et que le Festival Bach, aussi, y exportera son concert d’ouverture, avec Vaclav Luks, le 20 novembre.



À voir en vidéo