La nuit, les échos

Elle a tout, Émilie Proulx, sinon la visibilité. Cette fois encore, il faut le dire fort, très fort : ses nouvelles chansons, comme celles des quatre disques parus sans trop de bruit depuis 2007, sont des merveilles d’alt-folk flirtant avec la meilleure pop (pensez Christine McVie, dans la chanson-titre), des bijoux d’arrangements qui sertissent un propos toujours pertinent. Souvent grave, mais doucement grave. Dès Slalom, on la suit « entre les heures », à nous demander « de quel côté du désastre » nous sommes. On est bercés par la mélodie en boucle de Polaroïds, où les oiseaux l’emportent sur la noirceur. Elle est lumineuse noir foncé, Émilie Proulx. Avec elle, on est baignés d’harmonies bienfaisantes ou perdus dans notre propre écho : c’est une solitaire ET une grégaire, qui aime accompagner autant que créer, chanter seule ET avec d’autres (et quels autres : Lisa LeBlanc, Catherine Leduc, Mathieu Beaumont, Geneviève Toupin…). Elle est, depuis 2007, essentielle à notre pays de musique.

Écoutez Slalom

La nuit, les échos

★★★★ 1/2
​Alt-folk

Émilie Proulx, Indépendant

À voir en vidéo