Jean-Sébastien Bach, The Overtures

À la recherche d’interprétations de référence des Concertos brandebourgeois ou des Suites de Bach, on se tourne vers des ensembles anglais ou allemands. Et pourtant, dans les Brandebourgeois, l’ensemble danois mené par le claveciniste et chef Lars Ulrik Mortensen avait, en 2018, fait sensation. Comparant son interprétation avec tant d’interprètes cherchant en permanence à créer des événements sonores, nous avions écrit : « Mortensen semble être en quête d’une sorte d’équilibre cosmique et de beauté sonore suprême. » Il reproduit exactement ce miracle dans les Suites, un idéal grec, une Acropole musicale où rien n’est forcé, où tout s’imbrique et coule dans une sorte d’harmonie suprême. Dans cet état d’esprit, et considérant que cuivres et percussions ont été surajoutés postérieurement à la composition, Mortensen a choisi d’interpréter les Suites nos 3 et 4 sans trompettes ni timbales, ce qui leur donne une allure chambriste et intime. Ce disque sublime rejoint celui de Fasolis (Arts, avec trompettes et timbales) au rang de référence.

Jean-Sébastien Bach

★★★★ 1/2
​Classique

The Overtures, Lars Ulrik Mortensen, CPO 555 346-2

À voir en vidéo