Apophis, Apophis

Né dans le bouillonnant milieu musical de la capitale, Apophis, nouveau power trio constitué du compositeur et réalisateur Alexandre Martel (alias Anatole), de son frère Cédric (basse, composition) et du batteur PE Beaudoin, propose un charmant premier mini-album sur lequel la chanson pop rock québécoise microdose sur l’acide. Avec d’étonnants résultats : le swing et les harmonies d’On prendra de l’avance plus tard rappellent le Michel Rivard de Méfiez-vous du grand amour (1977). Sur l’adorable D’Argenson, le jeu sec et délicat de Beaudoin perce les volutes de guitares et de synthés sixties — côté douceurs pop, seule Autre chose lui arrivera à la cheville. Les trois autres chansons sont plus chaotiques, le rock mélodieux d’Apophis, le bad trip de Maurais live, souvenir d’un désagréable covoiturage, et Aller-retour en conclusion, qui hésite entre glam et prog rock. Des débuts prometteurs pour ce groupe dont l’esthétique s’aligne sur celui des derniers albums de Bon Enfant.

Écoutez On prendra de l'avance plus tard

Apophis

★★★
​Pop rock

Apophis, Coyote Records

À voir en vidéo