still slipping, vol. 1, Joy Orbison

Onze ans après avoir aiguillé la scène dubstep britannique vers le house grâce à son fameux succès underground Hyph Mngo, le prolifique Peter O’Grady, qui compte une vingtaine de parutions sous son nom d’emprunt Joy Orbison, offre enfin un premier véritable album, still slipping, vol. 1. Il en a fait une affaire de famille, au propre comme au figuré : au détour d’une chanson, on entend des bribes de conversation avec son père, sa mère et sa sœur, insufflant une amusante dose d’humanité à l’ensemble qui, lui, rassemble la famille de courants stylistiques qui peuplent le son du compositeur. Grime et UK garage (sur swag w kav), house (sur les superbes better, avec la voix de Léa Sen, in drink et born slipping), drum & bass (l’atmosphérique layer 6), et tout ce qu’il y a à explorer entre ces genres et leurs tempos — au cœur du disque, O’Grady prend le champ gauche du hip-hop–grime expérimental avec runnersz, ’rraine et glorious amateurs. L’album porte la signature unique, son regard oblique sur la musique de club, du musicien.

Écoutez swag w/ kav

still slipping, vol. 1

★★★★
​Électronique

Joy Orbison, XL Recordings

À voir en vidéo