«Beethoven Odyssey», Colin Davis

Nous profitons du mois d’août pour présenter des raretés de la collection « Eloquence » australienne, désormais facilement accessibles en diffusion en continu et sur les sites de vente internationaux. Ce coffret surprenant est le moyen de retrouver une des trois ou quatre intégrales de référence des Concertos pour piano, Kovacevich-Davis, et d’honorables versions des deux Messes, mais surtout de découvrir nombre de gravures symphoniques oubliées (9e à la Radio bavaroise en 1985) ou jamais rééditées en CD. Voici donc ce que le lourd cycle Colin Davis-Dresde (qui ne figure pas ici) a occulté. Car le coffret contient tout le reste, partagé entre la BBC et le LSO entre 1962 et 1976. Humain et musicien ébloui, Davis semble vouloir décortiquer Beethoven (3e de 1970, 6e de 1974, l’une des plus lentes). Il y a là une lumineuse 2e Symphonie qui obtint un Diapason d’or à sa parution et même d’absolus inédits : la 1re Symphonie de 1975 et Leonore II de 1962. C’est évidemment pour collectionneurs, mais on ne trouvait que la moitié de cela au Japon jusqu’ici.

 

 

Beethoven Odyssey

★★★★
Classique

Colin Davis, Decca « Eloquence » 12 CD 484 1728

À voir en vidéo