Giuseppe Verdi, L. Tézier

Les meilleures choses finissent par arriver. Sony Canada a ainsi eu l’excellente idée de distribuer l’un des grands récitals vocaux de l’année 2021. Le baryton français Ludovic Tézier, 52 ans, a patienté avant d’enregistrer et il a eu raison. D’emblée, avec « Morir ! Tremenda cosa » de La Forza del destino, on est saisi par la puissance et l’impact de la voix, mais c’est une puissance d’une grande noblesse, le portrait d’un baryton verdien. De fait, ce disque est l’incarnation d’une forme de perfection marmoréenne. Ludovic Tezier trône et pose, impérial et statuesque en autant de portraits, qui savent parfois s’animer avec rage (le « Cortigani » de Rigoletto). Tezier n’est pas tant insidieux (Iago dans Otello) ou suppliant (Rigoletto), tout comme il n’est pas le champion de la demi-teinte dans Ernani : il conquiert et Frédéric Chaslin l’accompagne bien dans cette conquête. On aurait espéré un son un peu moins fermé et serré de la part des ingénieurs. DG avait hélas réservé la même « esthétique » à Domingo et Giulini dans Rigoletto.

Giuseppe Verdi

★★★★
Classique

L. Tézier, Orch. du Théâtre de Bologne, F. Chaslin, Sony 19439753632

À voir en vidéo