Gold-Diggers Sound, Leon Bridges

C’est notre faute. À trop le bombarder Sam Cooke à la place de Sam Cooke, on a précipité le changement de siècle : Leon Bridges a voulu être encore plus Leon Bridges, au présent. Ce troisième album a le soul dûment moderne et… flottant. Leon est encore un chanteur au timbre velouté, on se love encore volontiers à ses phrasés melliflus, mais il s’est perdu quelque chose dans cette évolution certes légitime : des mélodies que l’on retiendrait, des refrains qui soulèveraient. Au mieux, on est séduits, pas si loin de la sensualité d’un Marvin Gaye époque Sexual Healing, mais on n’est pas remués. Il y a des moments exquis, indéniablement. L’intro de Magnolias est parfaite. Les cuivres jazzy Nouvelle-Orléans de la chanson-titre rendent les caresses de Details, Sweeter et Don’t Worry encore plus palpables. Le ton mi-parlé mi-chanté de Sho Nuff, sur lit de guitares émollientes, berce, berce, berce. Du soul pour hamac, tout ça. Les nostalgiques de Sam Cooke n’ont qu’à ressortir ses disques.

Écoutez Steam

Gold-Diggers Sound

★★★
​Soul

Leon Bridges, Sony Music

À voir en vidéo