Regulus, Hélène Barbier

Le grand mérite de Regulus, second disque de l’autrice-compositrice-interprète et réalisatrice Hélène Barbier, est de nous donner envie de l’écouter à répétition. Il s’ouvre avec La Peur, un groove post-punk tout doux, la mélodie jouée à un doigt au piano, la voix franche de Barbier chantant en écho. Juste après, Jersey Swap déstabilise : le synthé lugubre, la guitare dissonante, on passe d’une chanson pop aérienne à un mauvais rêve, s’enchaînant ensuite dans le groove décharné mais plus rassurant de Rambling On. La Montréalaise, qui excelle dans les lignes de basses, offre un disque de chansons pop volontairement confondantes donnant l’impression de vouloir tomber dans le vide à tout moment tant ses mélodies discrètes et ses orchestrations frugales (un choix esthétique) paraissent fragiles. C’est ce qui fait tout le charme de son style, qui emprunte à la chanson de Brigitte Fontaine autant qu’au son méticuleux d’A Certain Ratio — ou au punk-garage des Américains de The Gories, dont elle fait une reprise, très fidèle, de leur chanson You Little Nothing.

Écoutez Get a Grip

Regulus

★★★
​Alt-pop

Hélène Barbier, Michel Records

À voir en vidéo