Une fois au chalet, André Dédé Vander

Onze ans après son dernier album French toasts et peines perdues, le compositeur, réalisateur, opérateur du Bass ma Boom Soundsystem et dernier bassiste des mythiques Colocs André Vanderbiest refait surface avec sa voix graveleuse sur Une fois au chalet, minialbum où l’influence reggae et dub à laquelle on l’associe ne teinte que deux des six nouvelles chansons, Cris et douleurs (sur le sujet de la violence conjugale, cruellement d’actualité) et Le temps qui passe, les rondeurs de sa basse lui donnant un bel effet. Incidemment, l’inéluctable outrage des années apparaît comme un thème de ce nouvel album, sur Willy vieux fusil, amusant honky-tonk gaspésien — avec la collaboration de son voisin Daniel Boucher ! —, et surtout sur Oublié, inspirée par le récit de sa propre mère, victime de la maladie d’Alzheimer. On retrouve le Vander que l’on appréciait, cinglant et engagé dans ses propos (sur Ti peu plus et Le train déraille), capable de nous faire rire jaune, respectueux de la tradition chansonnière tout en étant groovy.

 
 

Une fois au chalet

★★★
​Chanson

André Dédé Vander, Mayk Music

À voir en vidéo