Cavalcade, black midi

Arrivé comme un cheveu sur la soupe rock avec l’album Schlagenheim, il y a deux ans, le groupe rock expérimental britannique revient en force avec ce Cavalcade encore plus décalé que le premier, pourtant conçu sur la base d’improvisations. Cette fois, l’excentricité du quatuor (auquel se sont joints un saxophoniste et un violoniste) est calculée, permettant au groupe d’exprimer une palette d’émotions plus vaste que la gronde noize et math rock du premier disque. L’album s’ouvre avec l’apocalyptique John L, où spoken word, piano free jazz et guitares mordantes s’appuient sur le jeu, toujours aussi précis et impressionnant, du batteur Morgan Simpson. C’est lorsque black midi s’inspire du sens de l’humour de Zappa qu’il innove : Marlene Dietrich, avec ses violons harmonieux, vire à la pop d’ambiance. Le chaos annoncé au début de Chondromalacia Patella prend une agréable tournure jazz en cours de route, la quasi instrumentale Diamond Stuff, batterie jazz et orchestrations psychédéliques, est étonnamment apaisante. Un disque comme un carrefour d’idées musicales fascinantes.

Écoutez Slow

Cavalcade

★★★ 1/2

black midi, Rough Trade

À voir en vidéo