Melancholy Grace, Œuvres pour clavecin, Jean Rondeau

Le sans-faute discographique de Jean Rondeau se poursuit avec ce nouveau programme. Ce qui saisit immédiatement, ce sont les univers sonores dans lesquels nous plonge le soliste. La superbe et opulente clarté de la réplique de style italien réalisé par Philippe Humeau en 2007 d’après un modèle anonyme du début du XVIIIe siècle illumine les œuvres italiennes de Frescobaldi ou de Luigi Rossi. Mais il y a surtout, dans les plages 7, 8, 9, par exemple, cet « arpicordo » florentin, un virginal polygonal très ancien (1575). Dans des œuvres de Bull et un Lachrymae anonyme, Rondeau crée un continuum sonore à pleine pâte, une sensation déconcertante qui vaut à elle seule le prix du disque. Ce dernier est consacré à des musiques pour clavier des XVIe et XVIIe siècles, de compositeurs italiens, flamands, anglais et allemands. Jean Rondeau a voulu établir un « dialogue sombre mais éloquent entre […] la mélancolie née du chromatisme et la mélancolie véhiculée par l’expression musicale des larmes et des pleurs ». Sublime, une nouvelle fois.


  
 

Melancholy Grace

★★★★ 1/2
​Classique

Oeuvres pour clavecin, Jean Rondeau, Erato 0190295008994