Concerts d’ici et ivresses russes

Le site meloman.ru permet de se brancher sur le Philharmonie de Moscou et de voir les concerts d’Alexander Sladkovski.
Photo: Orchestre symphonique du Tatarstan Le site meloman.ru permet de se brancher sur le Philharmonie de Moscou et de voir les concerts d’Alexander Sladkovski.

En attendant le concert Dvorák-Brahms de l’OM vendredi, le spectacle de l’OSM avec les Cowboys Fringants demeure le choix de webdiffusion locale le plus stimulant du moment, même si de nouvelles propositions sont arrivées récemment.

I Musici était dirigé le 13 mai par Jean-François Rivest, « son nouveau chef », selon la dénomination utilisée par l’institution, à la salle Pierre-Mercure qui devient la résidence de l’orchestre. La webdiffusion de ce concert sera accessible du 20 au 30 mai gratuitement ou sur contribution volontaire.

Le programme débute par Fratres d’Arvo Pärt (solo : Julie Triquet) et se conclut par le Quatuor K. 421 de Mozart arrangé par Jean-François Rivest. La partie passionnante est évidemment la Symphonie de chambre op. 110a de Chostakovitch, récemment jouée par l’OSM sans chef.

La diffusion du concert de l’OSM, accessible à partir du 25 mai, permettra une comparaison directe. Les deux approches ont peu à voir, car les effectifs sont différents. Celui de l’OSM, à peu près du double d’I Musici, donne tout son sens au terme « Symphonie de chambre » et rend encore plus grande la prouesse de la cohésion obtenue sans chef. Il y a un « gras » des tutti de l’OSM que I Musici, en toute bonne volonté, ne peut atteindre. On l’avait écrit : le concert de l’OSM était un miracle ; la prestation d’I Musici est un valeureux concert.

Le baroque conceptualisé

 

On aura amplement le temps de voir où I Musici s’en va avec Jean-François Rivest. L’Opus 1 de Rivest est ici préservé par les caméras et il y a beaucoup de marge pour qu’il impose sa marque, notamment en matière de couleurs.

Effectif similaire à I Musici, mais instruments anciens, Arion présente jusqu’au 4 juin « Concertos imaginaires » sous la direction de Mathieu Lussier. Vivaldi, Telemann, Fasch, Tartini, Bach et Graupner mettent successivement en vedette les musiciens de l’ensemble dans des concertos. Mais les musiciens se font totalement voler la vedette par l’équipe technique.

Un film en semi-noir et blanc (une sorte de sépia auburn conceptuelle) habille une captation sonore d’une fort étrange esthétique : timbres distordus, gueulards et impurs dans une réverbération peu maîtrisée (une salle Bourgie vide, il est vrai). On évite…

L’Orchestre classique de Montréal, anciennement Orchestre de chambre McGill, a enregistré dans la salle Pierre-Mercure le mardi 18 mai un programme « Les grands Slaves » culminant dans une ardente interprétation du 1er Concerto pour violoncelle de Chostakovitch par Stéphane Tétreault.

Le concert, en ligne jusqu’au 1er juin, permet aussi de découvrir le compositeur ukrainien Mykola Lysenko (1842-1912) et la Bulgaro-Canadienne Vania Angelova. On y va surtout pour la curiosité et le cœur mis à l’ouvrage.

L’Opéra de Montréal, si richement doté pour son « incubateur numérique », n’a diffusé qu’en direct son seul concert devant public de l’année (des airs chantés par les élèves de l’Atelier, mardi).

Le lien de visionnement incube encore quelque part : il ne nous a pas été communiqué et de toute manière, le concert n’est plus accessible. C’est une conception de « l’esprit numérique » qu’il conviendra peut-être de revoir.

Sladkovski en images

 

Qu’à cela ne tienne, la scène internationale nous donne toujours de quoi nous consoler, et gratuitement. Ainsi, l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich a mis en ligne le concert lors duquel Paavo Järvi dirigeait les Symphonies nos 1 et 3 de Tchaïkovski. Il s’agit des spectacles servant de substrats à l’intégrale discographique Alpha, dont le 1er volume (5e Symphonie et Francesca da Rimini) était exceptionnel.

Alors que nous commenterons cette fin de semaine les Symphonies nos 2 et 4, ces deux vidéos donnent donc un avant-goût précieux d’un volume à venir.

Mais notre découverte la plus importante, faite dans le cadre de l’exploration de l’art du chef Alexander Sladkovski, est le site de la Philharmonie de Moscou, meloman.ru. L’enregistrement, gratuit, sur le site, avec une adresse courriel et un mot de passe, vous branche par la suite sur la vie musicale moscovite. Le site est en russe, mais aussi en anglais (bouton en haut à droite).

Profiter de l’outil de recherche vous permet, par exemple, de rechercher des concerts de Sladkovski, justement. Vous n’allez pas être déçu, d’autant plus qu’on y trouve une intégrale des concertos de Rachmaninov avec Denis Matsuev. N’oubliez pas de chercher « Sladkovsky » et « Shostakovich » orthographiés à l’anglaise. A contrario, évitez « Rachmaninoff » au profit de « Rachmaninov » !

À voir en vidéo