Le Groupe Suroît aux FrancoFolies de Montréal - Tradition branchée

Les chanteurs et instrumentistes qui forment Suroît viennent tous du village de Fatima, aux îles de la Madeleine. On les retrouvera ce soir sur la scène TRAD des FrancoFolies de Montréal. Suroît fait partie de ces groupes qui rafraîchissent la musique traditionnelle. Les quatre musiciens écrivent leurs chansons en greffant des sonorités contemporaines aux rythmes d'antan. Joint par téléphone, Félix Leblanc se fait porte-parole du groupe et raconte l'évolution de Suroît.

Né en 1977, le groupe Suroît a survécu à des départs autant qu'à des refontes. Depuis sa fondation, six albums ont été gravés. Il y a eu d'abord le CD éponyme en 1993 et Ressac en 1996. En 1998, Bootleg reproduit l'atmosphère acoustique des «veillées de cuisine», puis La Bolduc rend hommage à la pionnière de la chanson Mary Travers en 2000. Enfin, il y a la compilation Les Grandes Marées en 2001 et Prends le temps, le plus récent album de Suroît, qui a vu le jour à l'automne 2002, année du décès d'Alcide Painchaud. Trois de ces albums ont été en nomination à l'Adisq.

Le groupe compte maintenant quatre membres: Henri-Paul Bénard, André Cummings, Luc Bourgeois et Félix Leblanc, qui explique les transformations subies par Suroît: «Notre groupe s'est modifié dans les dernières années. Il a bénéficié de l'apport d'artistes qui, depuis, l'ont quitté: Kenneth Saulnier, qui avait été membre du groupe acadien 1755, a enrichi Suroît d'une influence blue grass; Réal Longuépée y a apporté une influence funky. Le fondateur du groupe, Alcide Painchaud, qui nous a malheureusement quittés à la suite d'une intervention à coeur ouvert il y a deux ans, était très féru de chanson française.» (Éloi et Jonathan Painchaud ont suivi la trace de leur père puisqu'ils forment maintenant le populaire groupe Okoumé.)

«Suroît, c'est une histoire de jeunesse qui est devenue une affaire sérieuse. On est fiers de nos six albums, ajoute Félix Leblanc. C'est difficile d'être homogène quand on est un groupe; mais depuis 1992, on a réussi à trouver un équilibre, à réaliser la quadrature du cercle, en quelque sorte! Luc Bourgeois s'est intégré à Suroît; il a 24 ans et joue de la cornemuse ainsi que de la flûte irlandaise; le répertoire écossais et irlandais, il connaît! André Cummings, lui, a électrifié notre musique.»

Quant aux chansons de Suroît, la plupart ont été écrites par Alcide Painchaud, mais depuis son décès, l'écriture est devenue «une affaire de famille», explique Félix Leblanc. «Dans les dernières années, on a vraiment pris notre envol; et depuis trois ans, particulièrement, on a peaufiné un spectacle en dehors des festivals, de sorte que maintenant, on a l'impression de donner davantage un récital.»

Malgré leurs nombreux voyages, les membres de la formation demeurent très attachés aux îles de la Madeleine et se définissent toujours comme Madelinots. Lors des quatre ou cinq séjours qu'ils y font dans l'année, ils s'imprègnent d'air salin, de la chaleur des rapports humains qui caractérise la vie aux Îles et du rythme tranquille qui y gouverne la vie. «En spectacle, on profite des pauses entre les chansons pour faire connaître ce pays que l'on adore aux spectateurs; on les invite à venir aux îles de la Madeleine, et pas seulement en été! Les Îles sont grandes et il y a de la place. Maintenant, de plus en plus de touristes viennent l'automne, le printemps ou l'hiver; il n'y a pas de meilleur temps, l'hiver, pour s'y reposer et refaire le plein d'énergie!»

L'avenir immédiat s'annonce fécond pour Suroît; après les FrancoFolies, le groupe reprendra la mer pour participer au prestigieux festival l'InterCeltique de Lorient, en Bretagne. Les 3 et 5 août prochains, il participera également aux festivités musicales entourant le 400e anniversaire de l'Acadie lors du grand spectacle de clôture le 15 août à Halifax, spectacle qui sera diffusé à la Télévision de Radio-Canada.

À l'automne, Suroît retraversera l'Atlantique pour chanter sur la place du Bolchoï à Moscou le 4 septembre; le 15 octobre, il se rendra à Clichy-sous-Bois, le 16 octobre à Sevran, au festival Musiques du monde, le 18 octobre à Brest (Bretagne), le 19 octobre à Nantes, le 23 octobre à Belle-Île-en-Mer et le 25 octobre à Troyes, dans le cadre du festival Les Nuits de Champagne. Au total, une quarantaine de spectacles d'ici 2005.

- Suroît, sur la scène TRAD des FrancoFolies de Montréal, demain à 21h.