Genealogy, Code Quartet

La notion de liberté d’expression est au centre de bien des débats dans l’espace public. Mais cette même notion, dans une incarnation plus métaphorique que politique, est aussi au centre du superbe premier album du Code Quartet — un groupe montréalais composé des incontournables Christine Jensen (saxophones), Jim Doxas (batterie), Adrian Vedady (contrebasse) et Lex French (trompette). Le lien entre le disque Genealogy et la liberté d’expression ? Ornette Coleman, répond le quartet en évoquant le maître du free jazz. Non pas que l’on soit ici en territoire strictement free — quelques éclats, tout au plus. Mais l’esprit de Coleman est notamment présent dans ce recours à une formation deux cuivres/section rythmique, dans les interactions incessantes entre chaque instrumentiste, sorte de hiérarchie horizontale, dans cette liberté ambiante qui permet au groupe d’alterner entre hard bop et blues, entre forme écrite et format libre, nulle contrainte nulle part. Ce qui donne du jazz de haut niveau, de grande intensité et de fort belle tenue.
 

 

 

Genealogy

★★★★

Code Quartet, Justin Time