Kôrôlén, Toumani Diabaté & London Symphony Orchestra

Provoquer une rencontre entre la tradition musicale mandingue et la musique contemporaine ? L’idée du Barbican Center de Londres était bonne, tellement que l’on s’étonne que l’enregistrement de cette soirée réunissant l’ensemble du maître malien de la kora Toumani Diabaté et le London Symphonic Orchestra soit demeuré inédit pendant 16 ans. Les orchestrations de Nick Muhly et d’Ian Gardiner ont le mérite de laisser beaucoup d’espace au jeu si habile de Diabaté et de révéler la richesse harmonique du travail du griot, mais elles expriment par moments un romantisme exacerbé risquant de dénaturer le travail des musiciens africains. C’est le cas sur Moon Kaira, où peine à l’exprimer librement le virtuose Lassana Diabaté, enseveli dans ces arrangements cinématographiques, et encore sur Mamadou Kanda Keita, en toute fin d’album, avec la participation du grand chanteur Mamadou Kanda Keita, décédé en 2018. Le balafon de Lassana Diabaté paraît plus libre et léger sur la superbe Mama Souraka, un des moments forts de cet attachant album.

Écoutez Haïnamady Town

Kôrôlén

★★★ 1/2
​Musique contemporaine

Toumani Diabaté London Symphony Orchestra, World Circuit Records