Djourou, Ballaké Sissoko

L’incident a fait le tour de la planète l’année dernière : après un vol New York-Paris, le virtuose de la kora trouva son cher instrument en morceaux et fit porter l’offense aux douaniers américains. Ballaké Sissoko a ainsi dû mettre à sa main sa nouvelle kora, dont les ruisselantes notes illuminent ce nouvel album farci de stimulantes collaborations, à commencer par l’époustouflante chanson-titre, un duo avec la compositrice, chanteuse et joueuse de kora britannique Sona Jobarteh, l’une des plus éloquentes démonstrations sur cet album de la richesse de la tradition musicale mandingue avec la complexe et envoûtante Mande Tabolo. Si les présences de Salif Keita (sur Guelen) et du vieux complice Vincent Segal sont attendues, Sissoko étonne en invitant Oxmo Puccino (magnifique texte Frotter les mains), des membres de Feu ! Chatterton (Un vêtement pour la lune) et Camille (Kora) à collaborer avec lui. En résulte un disque sobre et délicat sur le plan de l’interprétation, mais fertile et inspiré. Écoutez Kora

 

Djourou

★★★ 1/2
​Musique mandingue

Ballaké Sissoko, No Format !