Theory of Ice, Leanne Betasamosake Simpson

« I hold your hand without touching it », murmure l’artiste anichinabée Leanne Betasamosake Simpson à la toute fin de Theory of Ice, un troisième album célébrant dans le calme du recueillement la beauté fragile de tout ce qui nous unit les uns aux autres, et aux éléments. Grâce à des musiques hypnotiques, entre rock stellaire, folk sans fard et spoken word sur entrelacs d’ambient, l’écrivaine prend le parti de la résistance sereine aux assauts de tout ce qui contamine l’humus de nos existences inextricablement liées, et adopte même le point de vue d’un glacier qui fond sur l’incantatoire OK Indicts, rare chanson réellement poignante portant sur les changements climatiques. La militante, malgré sa colère, refuse de céder à l’anxiété ou à la haine, un enseignement hérité de la figure culte Willie Dunn, dont elle réinvente le pamphlet I Pity the Country en lumineuse procession. La violence de la domination — de l’autre ou du territoire — ne sera jamais aussi clairement apparue pour ce qu’elle est vraiment : le recours des esprits chétifs.

 

Theory of Ice

★★★★
​Folk

Leanne Betasamosake Simpson, You’ve Changed Records