Musique classique - Les mercredis musicaux

Quelle est donc la malédiction musicale qui pèse sur les jeudis? Quelle fatalité ubuesque fait que l'activité musicale estivale montréalaise se concentre le mercredi, alors que le jeudi il ne s'y passe, dans ce domaine, strictement rien? Le pic estival du phénomène est annoncé cette semaine, avec, le 28 juillet, pas moins de quatre concerts: le dernier rendez-vous de Mozart Plus, avec Louis Lortie, le concert populaire de Marc Hervieux au Centre Pierre-Charbonneau, l'Ensemble Amarillis à la Maison Trestler et le premier des Mercredis de l'orgue à l'Oratoire Saint-Joseph.

Les manifestations de l'Oratoire vont assurer, en août, la continuité de ces mercredis musicaux montréalais. Les Mercredis de l'orgue, confiés à Philippe Bélanger, prennent la suite des Concerts spirituels qui ont fait les beaux jours d'été de l'Oratoire Saint-Joseph pendant trente années. Pour sa seconde saison, Philippe Bélanger présente cinq concerts destinés, selon lui, «non pas à amener le monde à l'orgue mais à amener l'orgue au monde». Il désire faire de ces concerts une expérience musicale qui dépasse largement le cercle des spécialistes de l'orgue ou de la musique classique: «Il y a une grande différence entre le jazz et le classique: les musiciens de jazz ont hâte de jouer et montent sur la scène pour tripper; en classique, le musicien est angoissé par l'idée de savoir s'il va survivre. Je veux que les gens viennent à l'Oratoire pour tripper, pour vivre une expérience.»

Le premier rendez-vous est à la mesure de ce défi puisqu'il s'agira de la projection du film Le Bossu de Notre-Dame, tourné en 1923 avec Lon Chaney, pendant laquelle l'organiste américain Peter Krasinski improvisera une trame sonore. Ce sera la cinquième fois que Krasin

ski illustrera ce film, lui qui a également oeuvré pour Metropolis et le Fantôme de l'Opéra. Est-ce à dire que le rendez-vous de cette année augure d'une tradition consistant à ouvrir les Mercredis de l'orgue par un film? «Les meilleures traditions sont celles que l'on n'a pas calculées», répond Philippe Bélanger.

Philippe Bélanger se flatte de pouvoir accueillir, la semaine prochaine, «des gars enflammés», Patrick Wedd, organiste et directeur de musique à la cathédrale Christ Church, et Alain Trudel, qualifié dans la présentation du concert de «plus grand virtuose du trombone au monde», ce qui fera plaisir au passage à Christian Lindberg, auquel personne n'avait jusqu'à présent contesté ce titre. Le 11 août, suivra le concert «luxueux» des Mercredis de l'orgue 2004, un programme orchestral comprenant la 3e Symphonie de Saint-Saëns et la création d'une oeuvre de Julian Wachner, futur premier mouvement d'un Concerto pour orgue et orchestre. Wachner, à la tête, à 34 ans, d'un catalogue de 72 compositions, est également chef du département de chant choral de l'université McGill. C'est Philippe Bélanger lui-même qui sera aux commandes de l'orgue Beckerath de l'Oratoire pour ce concert.

Il en donnera ensuite les clés à Gilles Rioux, qui aura pour mission, notamment à travers des improvisations, de prouver que «l'orgue est un orchestre à lui tout seul», puis, le 25 août, à Diane Bish, «grande ambassadrice de l'orgue, au style très flamboyant», qui a acquis une audience internationale à travers son émission télévisée Joy of Music et qui attire déjà vers Montréal, où elle n'a plus joué depuis 1970, des admirateurs venus d'au-delà de nos frontières.

***

LES MERCREDIS DE L'ORGUE

Du 28 juillet au 25 août à l'Oratoire Saint-Joseph. Renseignements: (514) 733-8211. Pour les autres concerts de ce mercredi 28: Festival Mozart Plus: (514) 842-9951; Concerts populaires de Montréal: (514) 872-7727; Maison Trestler: (450) 455-6290.