Paradigmes, La Femme

Décidément, elle ne meurt pas, cette fascination bien française pour le pays des « Ricains ». Même chez ces originaux de La Femme, collectif désormais articulé autour de Sacha Got et Marlon Magnée et différents invités (Clémence Quélennec, la voix naïve qui donnait beaucoup de sa candeur aux chansons, est partie voguer vers un projet solo), on ramène ce bon vieux trope de la traversée continentale (Cool Colorado, Nouvelle-Orléans, Pasadena). Les deux jeunes gens modernes un peu baveux, certes dotés de génie, portés au rang de prophètes en leur pays (couverture des magazines, consacrés « sauveurs de la chanson française », etc.), mélangent avec bravade surf-rock, musique de cabaret, new-wave, banjo, Ennio Morricone, Giorgio Moroder et philosophie de salon dans un écrin baroque glam et peroxydé. Cinq ans après le quasi-chef-d’œuvre Mystère, Paradigmes se tient droit, avec moins de cohérence et un peu plus de temps morts. La Femme est tendre, mais est aussi sans conteste un garçon peu fréquentable.

Paradigmes

★★★ 1/2
Rock

La Femme, Born Bad