Surrender, ENDGAME

Le Britannique Henry Vsop (ENDGAME), découvert sur le label Hyperdub, a passé ses étés au Québec auprès de son père montréalais, décédé il y a quelques années. Il est beaucoup question du deuil sur le premier album du compositeur qui a trouvé sa niche, très singulière, aux interstices du grime anglais, du dancehall jamaïcain (dont l’influence prononcée s’entend sur The Shadow of Death et No Heroes) et de la musique industrielle. La révélation de cet album tient dans la variété des atmosphères proposées, plus rudes en première moitié d’album, puis d’une fragilité encore inédite jusqu’à présent dans le travail du musicien. Sur la rythmique dancehall délicate de Requiem, ENDGAME chante même pour la première fois, puis à nouveau sur la ballade Abyss, troublée par des ponctions rythmiques bruyantes ; sur Exhumed, il fait appel au chanteur et compositeur londonien alt-R&B Organ Tapes, le temps d’un illusoire détour vers la pop. Surrender, un album sombre et troublé d’une des jeunes voix les plus distinctes de la scène underground anglaise.

Surrender

★★★ 1/2
Électronique

ENDGAME, Precious Metals

À voir en vidéo