Zoom in, Ringo Starr

Tout le monde veut jouer avec Ringo. Ça tombe bien, Ringo, fils unique de santé précaire (une enfance à l’hôpital), est grégaire par besoin viscéral. C’est autour de lui que ses trois frères Beatles, et tout un tas de chouettes copains vont naturellement graviter dans les années 1970 (fabuleuses fêtes que les albums Ringo et Goodnight Vienna). C’est encore vrai. Octogénaire dynamique, homme d’un seul message (« Peace and love ! »), ce n’est pas une pandémie qui va l’empêcher de jouer en bande. Voici donc Zoom in, formule minialbum, enregistré dans son studio maison en faisant attention. Les chansons sont des prétextes, anodines mais sympathiques, célébrant le bon temps des bringues (Here’s to the Night) ou martelant le slogan (Not Enough Love in the World). Il y a la famille immédiate (Paul, le frère Beatle, Joe Walsh, le beau-frère), les complices habituels (Ben Harper, Dave Grohl, Steve Lukather) et des invités surprenants (Robby Krieger des Doors, Chris Stapleton). Joie, musique, paix et amour ? On dit oui, pardi ! 


Zoom in

★★★
Pop-rock

Ringo Starr, Universal

À voir en vidéo