Palais d’argile, Feu ! Chatterton

Palais d’argile, troisième album de la formation rock française Feu ! Chatterton, s’ouvre avec l’espoir et l’angoisse d’un Monde nouveau qu’on étreint mal (« Un monde nouveau, on en rêvait tous / Mais que savions-nous faire de nos mains ? » va le refrain), mettant la première portion du disque sur les traces post-punk dansantes de LCD Soundsystem — le rapprochement est flagrant sur l’impeccable Écran total, qui justifie à elle seule le travail du réalisateur Arnaud Rebotini, vétéran de la scène électronique française. Très vite cependant, le groupe se rapproche de ses amours poétiques et chansonnières, si finement exprimées par la voix ensorcelante d’Arthur Teboul, qui habite chacune des 13 chansons de cet album puissamment groovy, poétique, et surtout politique. Feu ! Chatterton pose un regard critique sur la société française et sur la déshumanisation de notre monde numérisé devenu accro aux écrans (Cristaux liquides, Écran total) en rêvant de contacts humains, comme sur le rock groovy et déglingué de Compagnons, sur un poème de Prévert. Essentiel album. Écoutez Monde Nouveau

 

Palais d’argile

★★★★
Rock

Feu ! Chatterton, Universal