Nos maisons, Belle Grand Fille

Un premier album complet. Finalement. Après vingt ans de chansons, de concours, d’ateliers, trois ans après le coup d’essai de cinq titres. Comme le dit Belle Grand Fille dans ses remerciements : « c’est long en Hérode devenir une chanteuse ». Du beau bâti, c’est la récompense. Solidité des structures mélodiques, sans lourdeur, une finesse des arrangements (base de piano, cordes, clarinette), ni économe par dénuement ni farci de sons parce que c’est maintenant ou jamais. « S’apprécie au chaud dans son lit, la tête remplie de paysages », écrit-elle dans un mot envoyé avec l’album. On se promène dans sa maison de chansons, et tout autour. On accompagne la Belle Grand Fille du Lac dans le pays du désir et de la solitude, avec des « gens du pays qui ont viré d’sour ». On est bercés, caressés, parfois chamboulés : « Comme Tisseyre dans Découverte / J’vois l’univers en concentré / Dans ma tente sous les couvertes / Y manquerait pu rien qu’toé », chante-t-elle dans Camping sauvage. En effet : il ne manque plus que vous. Écoutez Ramenez-moi

Nos maisons

★★★ 1/2
​Chanson

Belle Grand Fille, L-Abe